L’industrialisation et les avancées des nouvelles technologiques exigent une exploitation poussée des énergies fossiles. De fait, on estime à 85% la consommation d’origine fossile par rapport à la consommation d’énergie primaire mondiale. Les énergies fossiles sont donc au coeur de toutes les activités humaines. Et pourtant, les combustibles fossiles et le carbone constituent les principales sources d’émission des gaz à effet de serre responsables du réchauffement climatique. La réduction de la dépendance aux énergies fossiles et l’évaluation précise des émissions des gaz à effet de serre sont des enjeux majeurs pour un développement durable. Créé par l’Ademe en 2002, le bilan carbone du gaz est une démarche permettant de sensibiliser et conscientiser les entités et les territoires sur l’impact de l’empreinte carbone du gaz à effet de serre. Outil de mesure et de comptabilisation, le bilan carbone du gaz prend en compte l’ensemble des émissions directes et indirectes d’une organisation. C’est un outil d’aide à la décision permettant d’évaluer la dépendance aux énergies fossiles et de réduire les coûts y afférents.

bilan, gaz,carbone,effet, serre

Bilan carbone du gaz : instrument de développement durable

Le bilan carbone du gaz à effet de serre est une procédure et un outil de quantification de l’intégralité des émissions de gaz à effet de serre d’une organisation. Il permet aux responsables d’entreprises d’avoir une connaissance de leur taux d’émissions de gaz à effet de serre en vue d’établir un plan d’action de réduction et de prévoir les fluctuations des prix des énergies fossiles. Le bilan carbone du gaz pris en compte porte sur les gaz à effet de serre notamment le dioxyde de carbone qui représente environ 70% des émissions de gaz à effet de serre, le méthane représente au moins 13% des émissions, le protoxyde d’azote 16% des émissions et les gaz fluorés avec un taux d’émissions de près de 2%.

Des applications multiples

Produits par combustion d’un produit à base de carbone tel le charbon, le pétrole, le gaz naturel ou encore le plastique, les gaz à effet de serre sont au centre de tous les secteurs d’activité. Toutefois, nous pouvons dénombrer une série d’activités responsables d’émissions importantes de gaz carbonique à l’instar des moyens de transport (avion, voiture, bateau), les systèmes de chauffage, les incinérations des ordures, la production d’électricité et de matières premières, l’agriculture. De ce fait, toute organisation et entité est à même de s’intéresser à ses émissions de gaz à effet de serre. Ainsi on distingue des applications variées de bilan carbone gaz selon l’usage et les postes d’énergie à évaluer. Le bilan carbone du chauffage au gaz naturel pour la quantification des émissions des installations de chauffage, le bilan charbon gaz de ville pour l’évaluation des émissions des installations de cuisson et le bilan carbone gaz naturel pour l’évaluation simultanée des installations de production de chaleur (cuisine et chauffage) et de production d’eau chaude sanitaire et le bilan carbone gaz de schiste pour la quantification des procédures d’extraction et d’exploitation des gaz non conventionnels de schiste.

Principe de fonctionnement

Le bilan carbone gaz consiste à mesurer et à quantifier les émissions directes produites par l’entreprise et les émissions indirectes générées par des ressources extérieures à l’entreprise en vue de planifier des actions visant à la réduction desdites émissions.

Des niveaux d’étude distincts

Le bilan carbone gaz porte sur trois principaux niveaux : le scope 1 qui représente le total des émissions directes produites par les ressources propres de l’entité, le scope 2 pour le total des émissions directes liées à l’acquisition ou à la production d’énergie électrique et enfin le scope 3 pour un bilan carbone gaz regroupant l’ensemble des autres émissions indirectes de gaz à effet de serre.

Une démarche méthodologique

Le bilan carbone gaz comprend six étapes.

Sensibilisation

Elle consiste à conscientiser les acteurs du projet à l’impact des émissions de gaz à effet de serre. La présentation des enjeux de la réalisation du bilan carbone gaz sera faite aux dirigeants de l’organisation qui désignera un responsable de projet.

Définition du périmètre de l’étude ou identification

Cette étape consiste à définir la liste des activités émettrices de gaz à effet de serre. Le prestataire en charge d’effectuer le bilan devra ressortir une cartographie détaillée et complète des différents flux générateurs de gaz carbonique.

Collecte des données

Le prestataire recueille les données et informations nécessaires à l’audit et au calcul de la quantité des émissions de gaz à effet de serre produites par l’entité.

Analyse

Les résultats obtenus permettront d’identifier les postes d’énergie polluants. Le prestataire élaborera des projections économiques et des simulations chiffrées de l’impact économique de la hausse du tarif de l’énergie suivant différents scénarios de diminution ou d’augmentation des activités. Un plan d’action de réduction des émissions de l’entreprise sera établi.

Présentation des résultats

Les résultats du bilan carbone gaz seront présentés à la direction de l’organisation pour le début du lancement des activités de réduction d’émissions de gaz à effet de serre.

Techniques de calcul

Le calcul du bilan carbone gaz inclut le cycle de vie intégral des produits et services proposés par l’entité ou la collectivité. Il s’appuie sur les postes d’émissions précis comme les consommations directes d’énergie en kilowatts le fret pour le prélèvement du poids, des distances et des modes de transport des marchandises les quantités achetées les déplacements des personnes et l’énergie nécessaire à l’utilisation d’un produit ou d’un service. Ces données sont ensuite converties en kilos ou tonnes équivalent de gaz carbonique grâce à au facteur d’émission disponible dans l’outil de calcul de bilan carbone.

Les conditions réglementaires

D’après la loi Grenelle II de juillet 2010, le bilan carbone gaz obligatoire ou bilan gaz à effet de serre réglementaire est imposé à des entreprises de droit public ayant des effectifs de plus de 250 personnes, à des entreprises de droit privé disposant d’effectifs de plus de 500 personnes, aux collectivités de plus de 50000 habitants et à l’Etat. Ce bilan gaz à effet de serre réglementaire renouvelé après 3 ans, concerne les niveaux scopes1 et 2. Le niveau scope 3, bien qu’étant facultatif, est fortement recommandé pour une analyse complète des émissions de gaz à effet de serre de l’entité.

Des avantages indéniables

Au-delà de son impact sur la réduction du réchauffement climatique, le bilan carbone gaz présente de multiples avantages : une réduction des dépenses énergétiques de l’entreprise, l’accès à des subventions de l’ADEME de l’ordre de 50 à 70%, une contribution à l’effort écologique.

Vous accèderez à travers ce site à une description détaillée du bilan carbone gaz.